En 1973, l’OMI a adopté la Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires, désormais connue dans le monde entier sous le nom de MARPOL, laquelle a été modifiée par les Protocoles de 1978 et 1997 et actualisée par le biais de divers amendements. La Convention MARPOL couvre la pollution par les hydrocarbures, la pollution par les substances liquides nocives transportées en vrac, la pollution par les substances nuisibles transportées par mer en colis, les eaux usées des navires, les ordures et la prévention de la pollution de l’atmosphère par les navires. MARPOL, qui s’applique à 99 % du tonnage de la flotte mondiale des navires de commerce, a grandement contribué à réduire la pollution imputable aux transports maritimes internationaux de manière significative.

D’autres traités couvrent les systèmes antisalissure utilisés à bord des navires, le transfert des espèces exotiques via les eaux de ballast des navires et le recyclage écologiquement rationnel des navires. La pollution imputable aux navires a pu être réduite en traitant les questions relatives à l’élément humain et aux aspects techniques et opérationnels. Cette réduction est d’autant plus remarquable lorsqu’on la compare à l’importante croissance connue par le secteur des transports maritimes internationaux, que l’on s’en réfère à la taille de la flotte mondiale ou aux distances parcourues par les navires. L’OMI s’efforce sans cesse d’adopter une approche proactive afin d’améliorer la mise en œuvre et le respect de ces traités, à la fois par les États du pavillon et les États du port. Cet effort comprend notamment un plan d’action proactif visant à garantir que les installations de réception à terre pour les déchets provenant des navires suivent les prescriptions réglementaires internationales en vigueur.

​​

0 | 10