A Lagos, leurs bateau-taxis ne sont pas éternellement amarrés

En prenant l’exemple de Idris Anjorin était une fois de plus en retard au travail. Stressé, épuisé avant même d’avoir commencé sa journée, il venait comme toujours de passer trois heures bloqué dans les redoutables bouchons de Lagos.

C’était en 2009. "Je n’étais pas content d’arriver encore en retard. Un collègue qui a remarqué mon humeur m’a conseillé de faire le trajet en bateau", raconte à l’AFP cet ancien banquier devenu entrepreneur.

"Le lendemain, je suis arrivé à la jetée de Bayeku à 6 heures du matin et en moins d’une heure j’étais au bureau. Ca a marqué un tournant dans ma vie."

Dans une ville où les prix de l’immobilier flambent, beaucoup de travailleurs n’ont pas le choix et habitent souvent à la périphérie de Lagos, très loin de leur lieu de travail.

Le trajet en bateau, en moins d’une demi-heure, permet d’éviter les embouteillages monstres qui ternissent l’image de la capitale économique de l’Afrique de l’Ouest, où vivent près de 20 millions d’habitants.

Mais pour diverses raisons, des conditions de sécurité sur l’eau à l’absence d’infrastructures, cette alternative à la voiture reste sous-exploitée.

Conscient de son potentiel, l’actuel gouverneur de l’Etat de Lagos, Akinwunmi Ambode, veut développer le système de bateaux-taxis dans le cadre d’une politique plus vaste de transports en commun visant à désengorger les routes.

Au Sénégal, nos bateaux-taxis qui devraient être réaffectés dans les lagunes comme par exemple entre Carabane et Elinkine ou dans le fleuve Sénégal sont toujours amarrés. Certes initialement c’était pas le projet prévu, mais le gouvernement de l’époque avait promis de les réaffecter dans d’autres zones mieux adaptées.


Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?