LE FOULADOU EST MIS A L’EAU

Ocea a mis à l’eau le jeudi 21 juillet aux Sables-d’Olonne un patrouilleur hauturier (Offshore Patrol Vessel) de 58 mètres destiné au Sénégal.


Ce chantier naval qui avait déjà livré au Sénégal le baliseur "Samba Laobé" en mars 2008 et la vedette de 200 passagers "Mame Comba Lamb" en 2014, vient de mettre à l’eau un gros patrouilleur de type OPV (Offshore Patrol Vessel) 190 Mk II.

Ce sera le navire amiral de la marine sénégalaise propulsé par deux moteurs diesel MTU 16V4000 donnant une vitesse de 24 nœuds. Sa portée maximale est de 5 500 miles et trois semaines à 12 noeuds. En raison de son faible tirant d’eau de 2,3 mètres, le navire peut fonctionner à proximité des rivages. Deux bossoirs sur chaque côté du pont arrière sont capables de lancer et récupérer deux CPCR (canot pneumatique à coque rigide, ndlr) de 7,5 mètres fabriqués par Palfinger. Ils seront utilisés par les équipes d’embarquement et des forces spéciales. L’armement comprendra probablement un canon et des mitrailleuses.
Le fouladou viendra rejoindre le Ferlo, un navire RPB 33, livré par Raidco Marine, qui est entré en service en octobre 2013 et un navire de patrouille de 45 mètres (Kédougou) qui a été livré par STX Lorient l’année dernière. A ce jour, le plus grand navire de la Marine du Sénégal était le Njambuur (58 mètres), construit en 1981 et mis à jour par Raidco il y a environ 15 ans.
Il s’y ajoute, d’autres navires en service comprennent les navires Poponguine et Podor, un navire de classe Conejera 32 mètres unique acquis de l’Espagne en 2012 ; 2 RPB 20 et 4 bateaux de patrouille FPR 12, les péniches de débarquement Goree et Karabane et le navire de recherche halieutique Itaf Deme.

Comme le OPV (Offshore Patrol Vessel) Fouladou sera utilisé pour la patrouille maritime, la protection des pêches, la recherche et le sauvetage, la piraterie et la lutte contre la pollution marine, il dispose d’un plongeur et une cellule de détention.

Le "Fouladou" commencera ses essais en mer au mois d’août avant sa livraison prévue en octobre. Le navire sera doté d’un équipage de 24 marins, mais peut accueillir un supplément de 8 si nécessaire.

Le contrat de Ocea avec le Sénégal comprend la formation, la maintenance et le support technique.


Voir en ligne : Le Ressac

Messages