Le sulfure d’hydrogène (H2S)

Le sulfure d’hydrogène (H2S) ou hydrogène sulfuré est un composé chimique de soufre et d’hydrogène, responsable de l’odeur d’œuf pourri. C’est un gaz acide qui réagit avec les solutions aqueuses basiques et les métaux tels que l’argent. Le sulfure d’argent résultant de la réaction est noir (d’où le noircissement des bijoux en argent).

Ce gaz peut s’accumuler dans les circuits d’eaux usées, corroder les tuyaux métalliques et causer la suffocation. Il est produit par la dégradation des protéines contenant du soufre et est responsable en grande partie de l’odeur fétide des excréments. Le sulfure d’hydrogène est naturellement présent dans le pétrole, le gaz naturel, les gaz volcaniques et les sources chaudes. Il peut résulter de décomposition bactérienne de la matière organique, tels les déchets humains et animaux. ou des activités industrielles, telles que le traitement des eaux usées ou le raffinage pétrolier. Le sulfure d’hydrogène est un gaz plus lourd que l’air qui s’accumule au fond des espaces mal ventilés. Bien que très odorant au départ, il détruit rapidement le sens de l’odorat et les victimes potentielles ne se rendent plus compte de sa présence avant qu’il ne soit trop tard.

A bord ce gaz peut être notamment présent dans les ballasts, les citernes à cargaison, les coffres de prises d’eau,… insuffisamment dégazés.

Le H2S est un poison à large-spectre et peut donc empoisonner différents organes.

L’exposition à de faibles concentrations cause des irritations des yeux et de la gorge, une toux douloureuse, un souffle court et un épanchement de fluide dans les poumons. Ces symptômes disparaissent souvent en quelques semaines.

Son inhalation en relativement faible quantité peut entraîner une perte de connaissance.

Son inhalation prolongée peut causer la dégénérescence du nerf olfactif (rendant la détection du gaz impossible) et la mort au bout de quelques mouvements respiratoires seulement.

L’exposition à long terme à de faible concentration peut avoir pour conséquences : fatigue, perte d’appétit et de mémoire, maux de tête, irritabilité, pertes et vertiges.

Seuil de toxicité (mg/m3) : 14
Seuil de perception (mg/m3) : 0.00066

Le système olfactif humain est donc capable de détecter cette substance en très faible quantité et de donner l’alerte avant l’atteinte du seuil toxique.