TRANSPORTS DE MARCHANDISES

COSAMA ANNONCE L’ARRIVÉE PROCHAINE D’UN NAVIRE AU PORT DE ZIGUINCHOR

Le Directeur Commercial et Exploitation du Consortium sénégalais d’activités maritimes (COSAMA), Abdou Salam Kane, a annoncé, lundi à Dakar, l’arrivée prochaine d’un nouveau navire d’une capacité de 4000 à 5000 tonnes pour le transport de produits alimentaires vers l’Inde, le Vietnam et l’Indochine à partir du port Ziguinchor. Le Directeur Commercial et Exploitation du Consortium sénégalais d’activités maritimes (COSAMA), Abdou Salam Kane, a annoncé, lundi à Dakar, l’arrivée prochaine d’un nouveau navire d’une capacité de 4000 à 5000 tonnes pour le transport de produits alimentaires vers l’Inde, le Vietnam et l’Indochine à partir du port Ziguinchor.

‘’Le navire qui doit venir s’inscrit toujours dans le cadre du renforcement de notre capacité. Aujourd’hui, il y a un produit vital qui s’appelle la noix de cajou qui passe par le port gambien au lieu de passer par les ports sénégalais’’, a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Les Sciétés Wartsila West Africa Services, COSAMA et VIVO energy Sénégal vont organiser le 7 décembre à Ziguinchor (Sud), la 8ème édition du ‘’Forum sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) au Sénégal’’.

Elles vont signer un partenariat avec l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ), pour lancer un programme de formation en Master 2 sur les métiers de l’Energie et de la Logistique.

Le Sénégal ’’produit à peu près 40 mille tonnes de noix de cajou par an et ces noix passent en totalité par les ports de Banjul parce que dit-on que les ports sénégalais sont plus chers’’, selon Abdou Salam Kane.

Une étude a été menée il y a deux ans pour ’’voir comment ce trafic pourrait être capté’’ par le Sénégal, a t-il souligné.

‘’On a sensibilisé les autorités administratives locales à travers des CRD. L’enjeu est économique mais il est stratégique pour nous’’, a-t-il dit, soulignant que ce trafic faisait gagner au port de Gambie, 3 milliards de FCFA pendant cette campagne de 5 à 6 ans.

L’étude, poursuit-il, a révélé qu’il y avait des disparités de coûts, ’’donc on s’est mis au même niveau en faisant des réductions et l’année dernière on a transporté une centaine de conteneurs à partir du port de ziguinchor vers le port de Dakar où cela irait en inde, Indochine, Vietnam’’.

‘’On a réussi ce test et il faudrait vraiment le réussir l’année prochaine et c’est dans cette optique qu’on a décidé de mettre en place, en plus d’un navire de fret de 2000 tonnes, un autre de 4000 à 5000 tonnes qui pourra aller à Ziguinchor’’, a-t-il dit.

Selon lui, les conditions existent car, le port a été dragué. Il est profond de 7 à 8 mètres et peut accueillir ces navires et transporter ces noix de cajou directement vers l’Inde sans passer par Dakar.