Préparer une injection parentérale

Geste médical non dénué de risques et de complications pouvant être liées à des erreurs techniques, à la nature du produit injecté, à la réaction du patient au geste ou au produit.
Ce geste technique nécessite une indication médicale qui précisera :
le nom du produit, le dosage, la quantité prescrite, l’horaire des administrations, le respect des règles d’asepsie

OBJECTIF
Respecter la prescription médicale
Respecter les règles d’asepsies (absence de germes)
Savoir préparer une injection parentérale

DÉVELOPPEMENT
Les injections, effectuées avec une seringue et une aiguille, servent à introduire dans l’organisme, à travers la peau, une substance destinée à un usage prophylactique ou thérapeutique. Elles peuvent être pratiquées par voie intraveineuse, intramusculaire, intradermique ou sous-cutanée. Une injection pratiquée dans de bonnes conditions de sécurité ne nuit pas à la personne qui la reçoit, n’expose l’agent de santé à aucun risque, et n’entraîne pas de déchets dangereux pour la communauté. Pour cela, l’injection doit être faite avec des mains propres, sur une surface cutanée propre, en utilisant un médicament prélevé dans un flacon stérile. L’injection doit être pratiquée avec une seringue et une aiguille stériles. Après l’administration, les matériels piquants ou coupants tels que les aiguilles doivent être déposées dans un conteneur de sécurité en vue de leur élimination appropriée. Si l’on ne respecte pas ces règles, les injections sont dangereuses et peuvent exposer les personnes qui les reçoivent, les agents de santé ou la communauté à des infections.
La transmission d’agents pathogènes présents dans le sang par le biais d’injections est connue depuis 1917. Des injections à risque ont été incriminées dans la transmission de nombreux agents pathogènes de patient à patient (infection croisée), notamment les virus de l’hépatite, le VIH (virus du SIDA), le virus Ebola, le virus de la dengue et le parasite du paludisme. De plus, les injections à risque peuvent provoquer des abcès, une septicémie
La prescription Médicale doit impérativement préciser :
Le nom du médicament suivant la dénomination
Le dosage
La quantité à injecter
La voie d’injection : sous cutanée ( SC), Intramusculaire (IM), intraveineuse (IV)
La fréquence des injections

Toutes seringues et aiguilles souillées doit impérativement êtres jetés dans un conteneur prévu à cet effet.

TECHNIQUE
Se laver les mains. Surface de travail propre : nettoyer le plan de travail à l’alcool.
Rassembler le matériel. Prévoir un plateau ou une boite nettoyés à l’alcool.
Une seringue stérile à usage unique. Deux aiguilles à usage unique :
la première destinée à la préparation de l’injection (donc de gros calibre, TROCARD)
la seconde à la réalisation de l’injection (donc soit une aiguille intramusculaire, sous cutanée ou intraveineuse)

Le médicament dont on contrôlera :

L’intégrité de l’emballage, le nom, le dosage, la date de péremption et la dose prescrite. Le nécessaire pour réaliser l’asepsie de la préparation : compresses, alcool à 70°. Vérifier l’intégrité des emballages et la date limite d’utilisation des différents matériels .

Dissolution d’un médicament dans un solvant :

Mettre des gants stériles.
Oter l’opercule métallique du flacon contenant la substance sèche puis désinfecter avec une compresse alcoolisée la membrane de caoutchouc, laisser la compresse sur le bouchon et poser le flacon sur le plan de travail.

Prélèvement du solvant d’une ampoule en verre (2) :

Faire descendre, en secouant ou en tapotant avec un doigt, le liquide du col de l’ampoule dans le corps de celle ci. Désinfecter le corps de l’ampoule avec une deuxième compresse imbibée d’alcool en insistant sur la région qui sera cassée. Ouverture de l’ampoule en la cassant, les doigts sont protégés par la compresse.
Ouverture de l’ensachage de l’aiguille utilisée pour le prélèvement du produit par décollement des parois du sachet que l’on écarte par leurs extrémités.
Le tout (aiguille à prélèvement + ensachage) est posée sur le plan de travail.
Ouverture de l’ensachage de l’aiguille utilisée pour l’injection du produit.
Le tout (aiguille à prélèvement + ensachage) est posée sur le plan de travail.
Ouverture de l’ensachage de la seringue par décollement des parois du sachet.
La seringue est saisie entre le pouce et l’index de la main dominante. L’aiguille à prélèvement est saisie par l’autre main. La seringue est adaptée sur l’aiguille à prélèvement en évitant de toucher l’emballage de l’aiguille qui est ensuite ôté et jeté. Retirer le capuchon de l’aiguille à prélèvement et le jeté. L’aiguille est introduite dans l’ampoule sans toucher l’extérieur. Aspirer le solvant : la seringue est remplie par aspiration de la quantité de liquide prescrite (les deux mains sont placées en contre appui)

Préparation du médicament :

Le solvant est ensuite injecté dans le flacon contenant la substance sèche à travers la membrane de caoutchouc (3) Sans retirer l’aiguille à prélèvement et la seringue du flacon, réaliser l’homogénéisation de la préparation.

Aspirer la solution médicamenteuse dans la seringue
Désadaptation de la seringue et de l’aiguille à préparation.
Jeter l’aiguille dans le conteneur de matériels souillés

Adaptation de l’aiguille d’injection.

Retirer le capuchon de l’aiguille, purger soigneusement (4) seringue et aiguille de l’air contenu jusqu’à faire perler une goutte de la solution avant de réaliser l’injection.

Autres préparations de médicament :

Soit liquide dans une ampoule en verre
Soit toute prête dans une seringue

Choix de la longueur : la longueur est choisie en fonction de la masse de la personne et de la voie d’administration.
Choix du calibre : le calibre est choisi en fonction de la viscosité du produit et de la voie d’administration du médicament.
Choix du biseau : un biseau court est habituellement utilisé pour les injections IV pour éviter de transpercer la paroi opposée de la veine. Un biseau long et donc plus effilé, diminue l’inconfort causé par les IM ou les SC.