Les enduits et revêtements protecteurs

Pour empêcher la corrosion des différents métaux qui entrent dans la fabrication d’un navire, on les protége par divers enduits ou revêtements.
Mais avant l’application de tout produit de protection il faut que le métal soit parfaitement sain, débarrassé de toutes traces de corrosion, sinon le produit ne tiendra pas.
Déjà au chantier on met les tôles à clair avant montage par grenaillage et on les protége par une fine couche d’époxy sur laquelle on pourra passer n’importe quelle autre peinture par la suite.
En cours d’exploitation, on obtient la mise à clair du métal par piquage, grattage, brossage ou par sablage lors d’un passage en cale sèche.
En ce qui concerne les alliages légers des superstructures (aluminium et dérivés) il est recommandé de dégraisser avec un solvant acide avant toute application.

I ) Qualités d’un bon enduit
 ? temps de séchage court
 ? viscosité élevée pour faciliter l’application
 ? grande imperméabilité à l’eau et à l’air
 ? grande souplesse pour éviter les craquelures lors des déformations
 ? bonne adhérence (pas de boursouflure)
 ? grand pouvoir couvrant
 ? incombustible en dessous de 300°c et ne pas émettre de fumée et de gaz nocifs pendant la combustion.

II ) Enduits de protection (primer ou primaire)
On les applique en sous-couche directement sur le métal
1. L’époxy
L’époxy se compose de résine (complexe plastique) et de brai (produit pâteux issus de la distillation du pétrole). Sa bonne adhérence nécessite des températures supérieures à 15°c lors de son application.
Produit de synthèse de couleur noire grisâtre, appliqué au pistolet surtout par les chantiers.
2. Le minium de plomb
Il est constitué d’huile de lin et de divers oxydes de plomb. Il est de couleur rouge. Il constitue la meilleure protection antirouille pour le fer et l’acier.
C’est une peinture dite "active" qui agit par réaction chimique. Il attaque en particulier l’aluminium et le zinc.
Le minium de plomb est légèrement toxique. Il faut donc prendre des précautions en le manipulant (ventilation en milieu fermé).
Il y’a intérêt à le recouvrir rapidement après application car il se détériore à l’air.
On passe en général deux couches à. raison d’un Kg/m2 environ.
3. Le chromate de zinc
Il est composé d’huile de lin et de divers oxydes de chrome et de zinc. Il est de couleur jaune.
C’est une peinture "passive", sans réaction chimique. Il convient très bien pour protéger les superstructures en alliage léger alors que le minium de plomb attaque l’aluminium.
On peut aussi l’utiliser sur le fer et l’acier mais son adhérence est moins bonne que celle du minium de plomb.

III ) Enduits de recouvrement - Peintures
Il s’agit en général de peintures à l’huile employées sur le minium, en sous-couche ou en couche de finition avec, à ce moment là, addition de vernis. Les principaux constituants sont :
 ? une huile (en général huile de lin) qui se transforme au contact de l’air en une matière sèche, adhérente et inaltérable.
 ? un pigment coloré (en général un oxyde)
 ? un fluidifiant (essence de térébenthine)
 ? un siccatif (huile de lin cuite)
 ? On en utilise environ un Kg pour 6 m2

IV ) Peintures toxiques - Anti-fouling
Elles sont utilisées sur les carènes pour lutter contre les algues et coquillages (moules) qui s’y accrochent et freinent sensiblement le navire.
Elles agissent de deux façons :
 ? par décomposition progressive de produits toxiques contenus en dissolution dans la peinture (oxyde de cuivre, mercure, arsenic)
 ? par création d’une surface glissante qui gène l’accrochage des moules.

V ) Les vernis
Ils sont composés de gomme (caoutchouc), de résines naturelles ou synthétiques, d’acétone, d’un pigment coloré et d’un fluidifiant (alcool).
Ils sont plutôt employés sur le bois, cependant sur le fer galvanisé une mince couche de vernis permet une meilleure adhérence de la peinture.
Ils entrent dans la composition des peintures de finition vernissées.

VI ) Les enduits bitumineux
Ce sont des goudrons issus du traitement de la houille (charbon). On les appelle aussi "bitumastic". Ils ont les caractéristiques suivantes :
 ? ininflammables
 ? se ramollissent à 60, 65°c
 ? se détériorent à la lumière
 ? dégagent des vapeurs nocives pendant l’application
 ? favorisent la croissance des algues et coquillages
 ? n’offrent aucune adhérence à la peinture à l’huile qui glisse dessus.
On les utilise pour la protection des tôles soumises à forte corrosion (humidité) et difficilement accessibles telles que celles des plafonds de ballasts recouvertes d’un payol ou celles d’un pont métallique recouvert de bois. On peut aussi en revêtir les ballasts d’eau de mer et les puits aux chaînes.
On ne les emploie jamais pour les tanks à mazout qui dissout le bitumastic.

VII ) Le ciment
Le ciment délayé à l’eau (lait de ciment) fournit un enduit gui, passé en plusieurs couches fines directement sur l’acier, assure une bonne protection. On l’utilise surtout pour la protection des compartiments pouvant contenir de l’eau salée (water-ballasts) ou de l’eau douce (peaks, caisses). On ne l’utilise jamais dans les caisses à eau distillée qui provoque la détérioration du ciment. De même on ne l’utilise jamais dons les compartiments contenant du combustible ou des huiles de graissage.