ECHOUEMENT DU « Almadraba Uno »

Le navire thonier de pêche à la senne, ALMADRABA UNO, battant pavillon espagnol s’est échoué le 02 Août 2013 au Parc national des Iles de la Madeleine au Sénégal, zone interdite à la navigation.
Avec un équipage de vingt sept (27) membres, le bateau transportait une cargaison composée de prés de quatre cents mille (400.000) litres de gasoil dans les soutes, vingt (20) tonnes de filets, des vivres, de la peinture, de 1 ’huile, de l’ammoniac, etc.

Apres avoir pris connaissance de l’accident, la Marine nationale a aussitôt alerté l’ensemble des acteurs ayant des attributions en mer. En application des dispositions pertinentes prévues pour la gestion d’un tel événement maritime, le Comite national de coordination (CNC) sous la direction de la Haute Autorité chargée de la coordination de la Sécurité maritime, de la Sûreté maritime et de la Protection de l’environnement marin (HASSMAR) a été mis en place. Il réunissait entre autres la Marine nationale, l’Agence nationale des Affaires maritimes (ANAM), le Port Autonome de Dakar (PAD), la Société Africaine de Raffinage (SAR), la Direction de la Protection et de la Surveillance des Pêches (DPSP), la Police nationale, la Gendarmerie nationale, la Brigade nationale des Sapeurs Pompiers, la Direction de l’Environnement et des Etablissements classes, la Direction des Pares nationaux, la Direction du Service d’hygiène et des organismes privés. Grâce aux efforts combinés de toutes ces structures, le risque de pollution a été maitrisé.
En effet, les tentatives de déséchouement du navire menées par les remorqueurs de l’Union des Remorqueurs de Dakar n’ayant pas été concluantes, le CNC a décidé le transfert des produits potentiellement dangereux pour l’environnement marin sur la terre ferme.

Ainsi, les opérations effectuées ont permis de vider l’ammoniac (HN3) utilise pour le système de congélation et de débarquer plus de 75% de la quantité de gasoil se trouvant a bord du navire (le reste s’étant mélangé avec l’eau de mer provenant des cales), les denrées périssables ainsi que la totalité des filets de pêche. Aussi, les locaux du navire susceptibles de présenter des risques sanitaires ont ete désinfectés et nettoyés.
La justice sénégalaise a été saisie pour faire la lumière de cette affaire et déterminer les responsabilités. C’est le 09 octobre 2013 que le verdict a été prononcé et le tribunal a déclaré les 3 prévenus (deux espagnols et un ghanéen) "coupables de négligence, d’usurpation de fonction dans le commandement et la conduite du navire, de pollution et d’abandon de poste de service".
Source : Le gabier n°1