LA SURVEILLANCE DE L’AMARRAGE

La surveillance de l’amarrage sera continue tout au long de l’escale et d’autant plus étroite que les circonstances suivantes sont en place ou attendues :
 Changement de direction ou de force du vent (ou vitesse supérieure à 30 nœuds).
 Période de forts courants de marée,
 Période de cadences élevées de (dé)chargement modifiant rapidement les tirants d’eau,
 Préalablement, pendant et immédiatement après le passage de navires à proximité,
 Phénomène de houle,
 Condition de faible hauteur d’eau sous quille.

L’Officier de Quart au port a la responsabilité de cette surveillance, et il doit parfaitement connaître les caractéristiques des équipements mis en œuvre, notamment :

 Matériau, longueur et charge de rupture des aussières.
 Type des treuils et force de traction des treuils,
 Construction et tenue des freins.
 La condition présente des aussières en service.

Il appartient à l’Officier de Quart :

 D’instruire son matelot de quart qui a la charge d’effectuer les rondes et les éventuelles reprises d’amarrage. Une compression visible des défenses de quai alors que le vent ne peut en être la cause doit alerter sur la nécessité de relâcher l’amarrage.
 De consigner sur ce même plan d’amarrage le compte-rendu qui lui est communiqué par son matelot de quart à la fin de chacune des rondes. Celles-ci comprendront un volet sécuritaire avec la vérification rapide de l’intégrité des accès verrouillés ou scellés.
 Vérifier lui-même sur place, lorsque les circonstances le permettent, le bon comportement de l’amarrage.

Dans le cas où les instructions du quai sont de ne procéder à aucune reprise de l’amarrage sans son aval et sauf urgence, l’Officier de Quart devra les avertir.

 Le Commandant s’assurera qu’un nombre suffisant de personnes reste à bord quand le navire est à quai pour les opérations d’amarrage ou de largage. Le personnel doit être familiarise avec les équipements du bord et les demandes du quai.
 La position du navire à quai doit être telle que
- en cas de nécessité le navire puisse facilement et rapidement quitter le quai, les équipements de pont étant prêts à l’emploi à tout moment,
- un accès sûr soit assuré (position de coupée du navire ou du port).
 Autant que possible, les lignes d’amarrage doivent avoir des caractéristiques similaires (on entend par là le matériel et la construction)
- Les aussières aux élasticités différentes ne doivent pas être utilisées dans la même direction,
- Si possible, les aussières de même longueur doivent être utilisées dans la même direction,
- Les fiches d’aussières doivent être tenues à jour.
 Aucune amarre ne doit être maintenue sur la poupée du treuil, toutes les amarres devant être tournées sur les bittes ou avec une seule passe sur le treuil de force.
 Aucun mou ou aucune tension excessive dans les lignes d’amarrage ne doit être acceptée.


Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins