LES PRINCIPES D’AMARRAGE

Le premier aspect de sécurité représente une équipe suffisamment nombreuse, entraînée et familiarisée à la plage de manœuvre, ses équipements et les opérations à conduire. Chacun doit avoir évalué les dangers liés aux opérations et aux équipements utilisés.

LES ÉLÉMENTS EXTÉRIEURS

La principale fonction de l’amarrage d’un navire est de le maintenir le long du quai en dépit des forces extérieures tendant à le déplacer, dues au :
• Vent,
• Courant,
• Sillage des navires passant à proximité,
• Vagues,
• Houle.
En outre, le navire lui-même est une variable dans la mesure où son tirant d’eau évolue sensiblement en opérations commerciales. L’ensemble de ces paramètres est à prendre en compte lors de l’établissement du plan d’amarrage. Il est rappelé que les forces appliquées par le courant ou le vent augmentent comme le carré de leur vitesse respective.

LES DISPOSITIONS PERMANENTES

 Les aussières doivent être disposées de façon aussi symétrique que possible par rapport au milieu du navire,
 Les traversiers doivent être orientés aussi perpendiculairement que possible au navire et placés aussi près que possible de ses extrémités,
 Les gardes doivent être disposées aussi parallèlement que possible au navire.

LA NÉCESSAIRE HOMOGÉNÉITÉ DE L’AMARRAGE

Il est rappelé que des aussières travaillant en parallèle doivent impérativement être de caractéristiques identiques (*) et préférablement être de longueur déployée égale.
(*) Cette condition prend toute son importance quand on sait qu’une aussière épissée voit sa charge de rupture de 10%. Une telle épissure doit être réalisée en cinq passes et comprendre l’ensemble des torons constituant l’aussière.

LA TENUE DES FREINS

Il est rappelé que :
 La force de traction des treuils est calculée pour être inférieure à la tenue des freins,
 Une aussière enroulée dans le mauvais sens sur un tambour réduit de moitié la tenue du frein,
 La tenue d’un frein est donnée pour une seule couche d’aussière enroulée et va décroissant avec le nombre de couches, pour atteindre 65% à la 3éme couche,
 La valeur de tenue du frein doit être comprise entre 60% et 80% de la charge de rupture de l’aussière s’y appliquant. Ainsi le frein glissera avant que l’aussière ne rompe.

LES BOSSES

Il est rappelé que les bosses ne doivent pas être métalliques et que la charge de rupture combinée des deux brins doit être idéalement la moitié de celle de l’aussière bossée.


Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins