Dans le cadre de contrats de commerce...

Dans le cadre de contrats de commerce internationaux et nationaux, ces termes définissent les responsabilités et les obligations d’un vendeur et d’un acheteur, notamment en matière de chargement, de transport, de type de transport, des assurances et de la livraison. Il s’agit donc aussi d’une répartition des frais de transport.
Le deuxième rôle est de déterminer le lieu de transfert des risques, c’est-à-dire le lieu à partir duquel sera défini qui du vendeur ou de l’acheteur aura à supporter l’avarie en cas de mauvaise exécution du transport. Le lieu de transfert de risque correspond également au lieu de livraison de la marchandise.

La mondialisation consacre le passage d’une économie qui fonctionnait essentiellement dans le cadre des Etats Nations à une économie où les différents acteurs privés agissent et résonnent à l’échelle du monde. Elle symbolise le développement de l’activité économique dans une optique véritablement mondiale. D’où le développement des échanges internationaux. Et qui dit échanges internationaux dit transport qui permet la circulation des biens à l’échelle mondiale.

Aussi, le transport est un élément stratégique qui met en valeur la compétitivité des opérateurs économiques (exportateurs et importateurs) qui choisissent leur mode de transport en fonction du coût, du délai et de la sécurité. Et le transport maritime se taille une place de choix dans le commerce international de marchandises du fait de son coût moins onéreux et la sécurité qu’il procure, notamment par le biais d’un contrat d’assurance pour se couvrir des risques liés au transport.

Cette couverture des risques auxquels sont exposées les marchandises au cours de leur transport maritime est apportée par les polices d’assurance maritime qui couvrent ces marchandises pendant tout le trajet du transport, depuis le point de départ jusqu’au lieu de destination. Mais, vu que le transport international de marchandises fait intervenir principalement trois acteurs ou leurs représentants, l’exportateur, l’importateur et le transporteur, se pose alors la question de la charge du risque transport. D’où l’importance des Incoterms.

En effet, les Incoterms (contraction des mots anglais International Commercial Terms) sont des termes commerciaux, dont la règlementation est édictée et publiée par la Chambre de Commerce Internationale (CCI) à Paris. Ils s’expriment par une abréviation anglophone en trois lettres suivies de trois petits points qui définissent le lieu exact où s’applique la règle Incoterms négociée.

Les Incoterms ont été créés en 1936 par la Chambre de Commerce Internationale (CCI) dans le but d’harmoniser et d’unifier les échanges mondiaux. Il s’agit d’un ensemble de règles mis à jour au fur et à mesure de l’évolution du commerce mondial et qui permet à l’acheteur et au vendeur de se mettre d’accord rapidement et sans ambiguïté sur les modalités de la transaction. De ces règles dépend le transfert des risques liés au transport.

1. Rôles des Incoterms

Le premier rôle des Incoterms est celui de la répartition des frais de transport. Ils définissent les responsabilités et les obligations d’un vendeur et d’un acheteur dans le cadre de contrats de commerce internationaux, notamment au regard du chargement, du transport, du type de transport, des assurances et de la livraison.

Le deuxième rôle des incoterms est de déterminer le lieu de transfert des risques, c’est-à-dire le lieu à partir duquel sera défini qui du vendeur ou de l’acheteur aura à supporter l’avarie en cas de mauvaise exécution du transport, le lieu de transfert de risque correspondant également au lieu de livraison de la marchandise. Les Incoterms définissent les obligations de livraison qui incombent, en termes de délai, au vendeur.

Le troisième rôle des Incoterms concerne la fourniture des documents et des informations. Qui, du vendeur ou de l’acheteur, doit fournir quel document ? Cette fonction prend toute son importance en ce qui concerne la sûreté. La règle générale de fourniture et, surtout, de responsabilité des informations liées à la sûreté définie par les règles Incoterms est simple : chacun, le vendeur et l’acheteur, est responsable des informations qui vont lui être utiles.

2. Typologie des Incoterms
La dernière version des Incoterms

Depuis le 1er janvier 2011, les Incoterms 2000 sont devenus les Incoterms 2010. Les principaux changements sont :
 ? La suppression des incoterms DAF / DES / DEQ / DDU ;
 ? La suppression de la notion de « passage du bastingage » ;
 ? Les contrôles relatifs à la sécurité des marchandises, mesures nécessaires face à la montée du terrorisme internationale, vont être clarifiés, notamment en ce qui concerne la prise en charge des formalités et des coûts correspondants ;
 ? La création de 2 nouveaux Incoterms :

 ? DAT : Delivered At Terminal (remplace le DEQ et s’applique pour tout mode de transport) ;
 ? DAP : Delivered At Place (remplace les DAF/DES/DDU).
De fait, Il y a désormais 11 Incoterms qui peuvent être classés en deux catégories : ceux utilisables pour tous les modes de transport et ceux utilisables uniquement pour les modes de transport par voie fluviale ou maritime.

Les Incoterms utilisables pour tous les modes de transport

Ce sont les Incoterms suivants :

o EXW : Ex Works, marchandises au départ non chargées, non dédouanées, sortie d’usine (uniquement adapté aux flux domestiques, nationaux) ;
o FCA : Free Carrier, marchandises dédouanées et chargées dans le pays de départ, chez le vendeur ou chez le commissionnaire de transport de l’acheteur ;
o CPT : Carriage Paid To, livraison au premier transporteur, frais jusqu’au déchargement du mode de transport, sans assurance pour le transport ;
o CIP : Carriage and Insurance Paid TO, idem CPT, avec assurance marchandise transportée souscrite par le vendeur pour le compte de l’acheteur ;
o DAT : Delivered At Terminal, marchandises (déchargées) livrées sur quai, dans un terminal maritime, fluvial, aérien, routier ou ferroviaire désigné (dédouanement import, et post-acheminement payés par l’acheteur) ;
o DAP : Delivered At Place, marchandises (non déchargées) mises à disposition de l’acheteur dans le pays d’importation au lieu précisé dans le contrat (déchargement, dédouanement import payé par l’acheteur) ;
o DDP : Delivered Duty Paid, marchandises (non déchargées) livrées à destination finale, dédouanement import et taxes à la charge du vendeur, l’acheteur prenant en charge uniquement le déchargement (si exclusion des taxes type TVA, le préciser clairement)
Ces règles sont utilisables également pour le transport maritime ou fluvial en vrac ou en conventionnel. Tout comme il existe des Incoterms propres au transport par voie fluviale ou maritime.

Les Incoterms utilisables pour les modes de transport par voie fluviale ou maritime

Ce sont les Incoterms suivants :

o FAS : Free Alongside Ship, sur le quai du port de départ ;
o FOB : Free On Board, chargé sur le bateau, les frais de chargement dans celui-ci étant à la charge du vendeur ;
o CFR : Cost and Freight, chargé dans le bateau, livraison au port de départ, frais payés jusqu’au port d’arrivée, sans assurance pour le transport, non déchargé du navire à destination ;
o CIF : Cost, Insurance and Freight, chargé sur le bateau, frais jusqu’au port d’arrivée, avec l’assurance marchandise transportée souscrite par le vendeur pour le compte de l’acheteur.
La Chambre de Commerce Internationale recommande de n’utiliser ces Incoterms que si le point de départ et le point d’arrivée sont des ports.


Voir en ligne : The new Incoterms® 2010 rules