Les P & I Clubs s’intéressent au secteur maritime iranien

Le Ressac : Le site des Marins

Téhéran serait en pourparlers avec les assureurs pour une couverture sur un marché d’une valeur estimé globalement à 9 milliards $ l’année dernière, un chiffre qui pourrait doubler dans la prochaine décennie.

Victime des restrictions bancaires, l’Iran semble se refaire grâce à l’accord nucléaire signé l’an dernier avec les puissances mondiales. Même si il n’a retissé les liens qu’avec un nombre limité de banques, vu que les sanctions américaines restent en vigueur, les assureurs occidentaux feraient affaire avec ce producteur de pétrole pour un marché de plusieurs milliards de dollars. L’assurance maritime serait pour les entreprises occidentales le moyen le plus sûr pour reprendre des affaires avec l’Iran. Le hic reste que les transactions avec l’Iran en dollars ne peuvent pas être traitées par le système financier américain, un grand problème pour les banques européennes. Elles sont sous pression suite aux lourdes pénalités américaines de 2014 sur BNP Paribas France pour violation des sanctions financières américaines, des pénalités comprenant une de 9 milliards $ pesant sur la banque.


Voir en ligne : Source