Omar Guèye Ministre de la Pêche et de l’Economie Maritime sur la protection des Océans

Près de 40% des océans sont l’objet de pratiques non durables comme la surpêche, les sources terrestres, la pollution, la destruction des habitats et "l’absorption du CO2 qui conduit irréversiblement à leur acidification’’, a indiqué mercredi le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Oumar Guèye.

‘’On estime aujourd’hui, que 40% de nos océans sont fortement affectés par des pratiques non durables’’, a dit M. Guèye. Il présidait, mercredi à Dakar, un atelier sur les consultations nationales du 14ème objectif de développement durable sur les océans (ODD14).

La rencontre se tient en prélude de la Conférence de New York en faveur de la mise en oeuvre de l’ODD 14, prévue du 5 au 9 juin prochain.

Les océans représentent près de trois-quarts de la surface de la Terre et contribuent de manière substantielle au développement humain, y compris la fourniture de la sécurité alimentaire, le transport, l’approvisionnement en énergie, entre autres, a-t-il rappelé.

En 2015, a-t-il signalé, la communauté internationale a adopté les objectifs du développement durable (ODD) pour la période 2016-2030. L’ODD 14 concerne spécifiquement le secteur de la pêche.

‘’Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable’’ sont les objectifs ainsi visés.
A ce propos, a-t- il indiqué, le Sénégal s’est engagé en septembre 2015, lors de l’assemblée générale de l’ONU à New York, à l’instar des autres Etats membres, à mettre en œuvre un programme de développement durable de la pêche et de l’aquaculture à l’horizon 2030. Cet engagement a orienté les choix politiques du Sénégal calqués sur ce programme dont l’objectif vise à contribuer à la sécurité alimentaire et à la nutrition.

‘’Il devient impératif pour nous, de nous approprier cet ODD, pour mettre en place un dispositif interne visant à l’atteindre à l’horizon 2030’’, a souligné Oumar Guèye.

En matière de pêche et d’aquaculture, les objectifs consistent à gérer durablement les ressources halieutiques et restaurer les habitats, développer l’aquaculture et promouvoir la valorisation de la production halieutique.


Voir en ligne : Le Ressac : Le Site des Marins